Je suis une erreur

Je suis une erreur

Par Jean-Luc Terrade et Jean-Sébastien Lourdais

D’après Je suis une erreur de Jan Fabre (Éditions de l’Arche 1988)
Monologue pour un fumeur invétéré
jeudi 25 et vendredi 26 mai à 18h

Jan Fabre avance sans détour : « Je suis une erreur parce que je vis et je conçois mon œuvre comme bon me semble, sans me soucier des convenances ». Sa parole est un mouvement ininterrompu qui ne supporte pas la ponctuation. C’est un mouvement qui avance, imperturbable, vers une issue évanescente, à l’image d’une cigarette qui se consume et disparaît, laissant d’un côté un résidu de cendres stériles, de l’autre les volutes d’une fumée désinvolte qui s’envole en embrumant l’espace.

Jean-Sébastien Lourdais est chorégraphe et danseur ; Jean-Luc Terrade est metteur en scène et scénographe. Ensemble, ils adaptent Je suis une erreur de Jan Fabre. Au milieu des spectateurs qui peuvent se déplacer s’ils le souhaitent, un corps se livre, se cherche, s’expose, tandis que sa voix énonce le texte, mélange de confession, de protestation contre la réalité et ses lois, litanie passant du lyrisme à une certaine forme de sécheresse, monologue en forme de manifeste déclinant les « erreurs » qui le constituent.

Spectacle présenté dans le cadre des Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis


Mise en scène et scénographie
Jean-Luc Terrade

Chorégraphie
Jean-Sébastien Lourdais

Conseillère artistique de la chorégraphie
Marie-Stéphane Ledoux

Lumières et artifices
Cédric Quéau

Création sonore
Benjamin Ducroq

Avec
Jean-Sébastien Lourdais

Coproduction
Les Marches de l’été

Fabrication Danse

Avec le soutien de la Délégation générale du Québec et de l’Office Artistique de la Nouvelle Aquitaine

Achetez vos places


 

Jean-Sébastien Lourdais

Diplômé du Centre Grymda en France en 1995, puis bachelier de l’Université du Québec à Montréal en danse, Jean-Sébastien fonde en 2003 sa compagnie Défaut de fabrication qui deviendra Fabrication Danse en 2010 dont il assure la direction artistique. Entre 2004 et 2006, il collabore avec le sociologue Marc Laplante et crée Règlement de Compte, Le Lait de la Vache, Toutou Kaputt et Contrôle-Réaction. Il reçoit une première commande d’œuvre auprès de la compagnie Montréal Danse, qui mène à la création Trois peaux, un trio qui sera présenté en première nord-américaine à l’Agora de la danse à l’hiver 2012 et au Festival 30/30 Les Rencontres de la forme courte à Bordeaux.

Il participe aux Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine Saint-Denis, qui coproduit Vers, un spectacle solo, présenté en première mondiale à Paris puis à l’Agora de la Danse. Il participe comme chorégraphe avec l’œuvre Contrôle-Réaction au Festival Mettre en scène du Théâtre National de Bretagne, au Festival 30/30 Les Rencontres de la forme courte de Bordeaux, au Festival Les Hivernales d’Avignon, au Festival International des Rencontres chorégraphiques de Seine-Saint-Denis, dans les Maisons de la Culture de Montréal, au Centre in Vancouver for Perform- ing Arts, au Festival OFFTA à Montréal ou encore au Festival Transatlantique au Canada.

Jean-Sébastien Lourdais collabore avec le Toronto Dance Theater et crée Étrange dans le cadre de l’événement Four at the Winch Quebec, une œuvre présentée au Harbourfront Center et au Toronto Dance Theater. Étrange est nominée aux Dora Mavor Moore Awards en juin 2012. En 2011, le chorégraphe débute la création de Milieu de nulle part et travaille sur les solos de sept interprètes chevron- nés. La même année Jean-Sébastien Lourdais crée un solo pour la journaliste Catherine Lalonde. En 2013, il tourne au Mexique les pièces Vers et Trois peaux.

Le chorégraphe entame la recherche pour la création de La chambre anéchoïque à l’automne 2014, un processus qui aboutira en 2015 à une première française à Avignon. Cette création fut également présentée au festival TransAm- ériques à Montréal.

Parallèlement à sa démarche en création, Jean-Sébastien Lourdais collabore à titre d’interprète avec d’autres chorég- raphes et metteurs en scène : Daniel Léveillé, Alexandra L’heureux, Mia Maure Danse, Jemina Hoadley et Jean-Luc Terrade.

Jean-Luc Terrade

ll crée la compagnie Les Marches de l’Eté en 1979 à Paris puis l’installe en Aquitaine en 1993. D’abord à Sarlat où il crée La dame aux camélias de Dumas puis à Bordeaux en 1995 avec La surprise de l’amour de Marivaux et les créations de Quartett d’Heiner Müller à la scène nationale de Bayonne, et de On purge Bébé de Feydeau au TNBA puis au TNT-Toulouse et à Genève.

En 1997, il cofonde le TNT-Manufacture de chaussures. Il y crée Sacrifice, un triptyque de textes d’Alain Julien Rude- foucauld et Quelques petits riens. En 2000, il s’installe à L’Atelier des Marches au Bouscat où il crée une série de solos et de formes courtes / installations : Solo, Pas moi, Berceuse, Fragments de théâtre II de Beckett avec Daniel Strugeon ; l’adaptation des 25 premières pages d’Eden, Eden, Eden de Pierre Guyotat avec Mathieu Boisset sera reprise au Théâtre du Rond-Point.

En 2004, Le modèle de Molinier tourne à Londres, Bilbao, Bruxelles et à la biennale de danse du Val de Marne. La même année, il lance le festival pluridisciplinaire 30/30 dont c’est la 14ème édition cette saison. Il y programme Steven Cohen, Ivo Dimchev, Joëlle Léandre, Mathurin Bolze, Renaud Herbin… mais aussi des jeunes artistes d’Aquitaine : Gianni-Gregory Fornet, la cie des Limbes, la cie Mouka…

Par ailleurs, il met en place une série de résidences de création annuelle à l’Atelier des Marches. L’année suivante, il crée Les femmes savantes à l’Agora de Boulazac puis deux spectacles jeune public : Jeu de piste à Volubilis et L’ange disparu d’après les illustrations de Max Ducos. En parallèle, il reprend les thèmes de la vieillesse et du temps avec Au bord de mes / nos ténèbres dans Novart puis avec Oh les beaux jours au Glob Théâtre.

En 2010, il revient à un aspect plus plastique de son travail avec l’installation Le bain de Jean-Luc Lagarce. Il crée Et toi tu marchais, texte du jeune auteur Lionel Teixeira en Novembre 2012 dans le festival Novart de Bordeaux. Continuant de s’intéresser aux jeunes écritures, il créé Faut Voir de Didier Delahais en Janvier 2013, Les Petites Boites, en mars 2015 et Ce que j’appelle oubli de laurent Mauvignier en avril 2016 au Glob Théâtre, spectacle actuel- lement en tournée. En 2018 il présentera Melancholia II de Jon Fosse.