LA LANTERNE MAGIQUE DE MR.COUPERIN

PAR LOUISE MOATY

 

 

À la lumière douce de quelques bougies, sur un écran rond comme la lune, de fragiles plaques de verre, peintes et animées à la main, dialoguent avec la musique délicate du compositeur François Couperin.
Accompagnée par la talentueuse claveciniste Violaine Cochard, Louise Moaty nous fait redécouvrir en musique la magie singulière de ces premières images lumineuses. Sur les ailes de l’imagination, laissez-vous emporter !
« Fille du XVIIe siècle, la lanterne magique est un objet de curiosité et d’émerveillement qui fascine l’Europe entière. Née dans le cabinet de l’inventeur flamand Christophe Huygens, elle voyage de cour en cour, puis de ville en ville avec le même succès, colportée au dos des Savoyards : « lanterne magique, pièce curieuse ! ».
Leibniz lui-même, dans son texte Drôle de pensée (1675), se propose d’en faire « une nouvelle sorte de représentation » :
« Une lanterne magique jetterait contre la muraille des figures admirablement belles, et remuables… on aurait non seulement des simples choses peintes sur du transparent, mais démembrables, pour représenter des mouvements bien extraordinaires et grotesques que les hommes ne sauraient faire. » Redécouvrir la magie singulière des premières images lumineuses, se laisser toucher par la poésie d’un simple mouvement venu soudain animer un tableau : la grâce naïve d’une projection de lanterne et de ses mécanismes n’est pas sans rappeler celle du clavecin, dont les cordes pincées distillent un son émouvant aussi en ce qu’il rend perceptible sa propre – et fragile – mécanique.
« L’art de toucher le clavecin » développé par les compositeurs français a su exploiter à la perfection toutes les subtilités de l’instrument. Et les pièces de François Couperin, délicates et ciselées comme autant de miniatures d’époque, se prêtent idéalement à ce théâtre d’ombres colorées. À la lumière de quelques bougies, sur un écran rond comme la lune suspendu au-dessus du clavecin, défilent des vignettes peintes à la main dans un dialogue libre et rêveur avec les pièces de François Couperin : Les Tours de passepasseL’Arlequine, L’Amphibie, Le Tic-toc-choc, Le Dodo ou l’Amour au berceau, Les Plaisirs de St-Germain-en-Laye, Les Ombres errantes… »

 

VENDREDI 15 ET SAMEDI 16 AVRIL A 19H30
DIMANCHE 17 AVRIL A 16H30