INSTALLATION SONORE

48.89° N 2.37° E de Cécile Beau

 

Chaque année, La Pop propose aux franciliens, notamment aux plus jeunes d’entre eux, de découvrir dans la cale de la péniche une œuvre d’art dont le son est l’un des éléments constitutifs, voire le principal enjeu. Après Claude Lévêque, Christian Boltanski et Robin Meier, c’est au tour de l’artiste plasticienne Cécile Beau de s’emparer de cet espace flottant.

 

Au travers d’installations où le son, l’image et l’objet entretiennent des rapports étroits et multiples, Cécile Beau construit une oeuvre minimale et sensorielle qui se saisit de la nature comme objet d’étude et de contemplation. Ces expériences visuelles et sonores déplacent le temps et l’espace, proposent des territoires intermédiaires, des entre-deux souvent austères et toujours énigmatiques. C’est pourquoi, elle ne propose pas de scénarios préétablis mais lance des pistes dans lesquelles le spectateur peut perdre ses repères à loisir.

 

Avec cette nouvelle création, Cécile Beau ouvre une brèche horizontale entre le sol et le plafond, un inframince réunissant deux éléments, le ciel et la terre. Des tracés sillonnent l’espace. Au sol, ils évoquent le déplacement de l’eau sous la péniche. Quelques monticules de sable et de terre, vestiges de l’activité passée de la péniche, courbent le flux en une trajectoire schématisée. Au plafond, c’est la course du soleil qui est dessinée sous la forme d’une grille cintrée, provenant des diagrammes solaires utilisés en architecture.

 

Dans cet espace graphique, se diffusent des sonorités oscillant entre eau et éther, où s’entremêlent des sons aquatiques à ceux, plus allégoriques, de notre galaxie à travers les traductions sonores des fréquences émises par les astres de notre système solaire. L’expérience proposée par cette installation convie ainsi le visiteur à une navigation immatérielle et onirique, à une dérive verticale entre terre et éther.

 

Du 30 mai au 27 juin 2019

Du mercredi au dimanche de 13h à 19h

Création – installation sonore

 

 

Le travail de Cécile Beau, qui peut être défini comme relevant d’une “science-fiction pauvre”, propose de véritables expériences sensorielles qui nous plongent dans des univers le plus souvent réalistes mais comportant un supplément fictif qui leur confèrent toute leur poésie. Végétaux ou minéraux sont ainsi mis en scène, dans des œuvres dont les titres mystérieux empruntent souvent aux langues étrangères. Comme dans un rêve éveillé, les racines des arbres pendent du plafond, des néons créent des coups de tonnerre, et toute une machinerie illusionniste à la Méliès se cache derrière des œuvres d’une troublante beauté. L’artiste « arpente le réel pour s’approvisionner en fragments » (Émile Soulier) afin de créer ces œuvres hybrides et énigmatiques générant des atmosphères fantomatiques.

 

Cécile Beau s’intéresse essentiellement à la notion de territoire ou de paysage comme appropriation mentale d’un lieu, ou comme outil pour atteindre un au-delà du visible. Des paysages dans lesquels toute présence humaine a disparu – ou peut-être n’a jamais existé -, des œuvres d’une poésie austère. Proposant des visions d’ensemble ou de détail, elle impose au spectateur de consacrer un minimum de temps à ses œuvres : en effet, ses images sont difficilement perceptibles, et ne se laissent découvrir que peu à peu, permettant d’appréhender les composants et les subtiles variations qui les unit. Un environnement sonore se laisse deviner, transformant peu à peu le rapport à l’œuvre en expérience totale. Des images à première vue familières (une forêt, le lit d’une rivière asséchée) basculent dans l’inconnu, offrant une hallucination visuelle et sonore tout en proposant un pan de nature sauvage dans un cadre urbain.

 

Daria de Beauvais

 

Une création de Cécile Beau

Avec la collaboration de Maëlys Turtaut (montage), Yassine Zaiat (montage) et Gil Savoy (son)

 

Production La Pop

Avec le soutien de la Mairie du 19ème arrondissement pour la mise en œuvre du dispositif de médiation Radio Regard proposé aux écoles du quartier

UNE OEUVRE ACCESSIBLE À TOUS !
Des visites guidées de cette installation sont proposées
aux groupes scolaires, périscolaires et associatifs. Menées
par une médiatrice, celles-ci sont gratuites, élaborées en
collaboration avec les encadrants et adaptées à tous les
publics.
Contactez-nous : pedagogielapop@gmail.com / 01 53 35 07 77

 

 
©Studio Minsk