LE HURLE

Spectacle de la compagnie Alvise Sinivia, texte Lancelot Hamelin, mise en scène Maya Boquet, composition Paul Ramage

 

Le compositeur et pianiste Alvise Sinivia rassemble une équipe pluridisciplinaire qui collecte et interprète depuis de nombreuses années des images sonores, visuelles et oniriques. En faisant de l’archéologie du futur l’objet d’une fable de science-fiction, ils nous entraînent dans un spectacle sonore hanté par les lois du chaos.

 

La catastrophe planétaire a déjà eu lieu… que reste-t-il à préserver pour l’avenir ? L’histoire écrite par Lancelot Hamelin se déroule dans un futur parallèle, où un monde sur-urbain succombe. Un personnage raconte de sa voix au timbre surexposé un système sur le point de s’éteindre. À travers des archives sonores et visuelles, cet homme cherche à nous faire entendre les existences de onze villes avant qu’un silence définitif ne s’abatte sur elles.

 

Pour mener cette réflexion sur la mémoire et la trace, Alvise Sinivia réunit une équipe artistique adepte de collecte. À la manière de chercheurs, la metteure en scène Maya Boquet, le créateur sonore Jocelyn Robert, le vidéaste Simon Rouby et l’auteur Lancelot Hamelin collectent et classent depuis de nombreuses années des images sonores et visuelles (catalogue de rêves, faits divers, témoignages) de différents lieux et espaces-temps.

 

Le compositeur Paul Ramage sculpte ces documents sonores sur un instrumentarium constitué de machines enregistrantes (magnétophones à bandes magnétiques, dictaphones, électrophones, répondeurs téléphoniques analogiques…). Une fois les traces sonores imprimées sur la bande magnétique, de nouvelles matières sonores, mouvantes et parfois instables, émergent jusqu’à perturber nos repères. Que nous disent ces sons d’un monde sur le point de s’éteindre ?

 

 

VENDREDI 20 NOVEMBRE À 19h30,

SAMEDI 21 & DIMANCHE 22 NOVEMBRE À 15H30 ET 19H30

[CRÉATION]

Dans le cadre du festival Mesure pour Mesure du Nouveau théâtre de Montreuil – CDN

 

Dispositions sanitaires – ouverture dans des conditions sanitaires strictes : port du masque obligatoire, protocole sanitaire d’accueil, nettoyage fréquent des lieux…

 

 
 

Dramaturgie, mise en scène Maya Boquet  

Texte, récit Lancelot Hamelin    

Scénographie Franck Jamin 

Composition, performance Paul Ramage    

Captation d’archives sonores Jocelyn Robert    

Vidéo Simon Rouby

Direction artistique, composition, performance Alvise Sinivia

Création lumière, régie générale Julien Soulatre      

Récitant Frédéric Stochl  

 

Production Compagnie Alvise Sinivia

Co-production La Pop, La Soufflerie, La Muse en circuit, Nouveau théâtre de Montreuil – CDN

Accueil en résidence IRCAM, GMEM, Villa Médicis, La Soufflerie, La POP, La Manufacture des Oeillets (Ivry), La Muse en circuit

Partenaire Ministère de la culture et de la communication – DRAC Île-de-France

 

ALVISE SINIVIA

Pianiste, improvisateur et performeur, son parcours est jalonné de multiples rencontres avec des artistes de tous horizons (danseurs, chorégraphes, circassiens, vidéastes, peintres et plasticiens). Musicien curieux et constamment en  recherche,  il  renouvelle en permanence son rapport à l’instrument dont il expérimente depuis plusieurs années les paradoxes et limites sonores et physiques. Il étudie au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris auprès d’Alain Planès et Emmanuel Strosser.

Engagé dans la création, il collabore régulièrement avec des compositeurs et participe à l’Orchestre de Nouvelles Créations, Expérimentations et Improvisation Musicales. Pensionnaire à la Villa Medicis durant la saison 2016/2017 dans la discipline performance, il appronfondit sa recherche sur le rapport entre le mouvement et le son. Il monte ensuite sa compagnie avec laquelle il crée le solo Ersilia. Le corps tout entier devenu archet joue le dispositif-instrument inventé pour la pièce.

 

 

MAYA BOQUET

Maya Boquet travaille comme créatrice sonore, performeuse et autrice.

Elle sonde le continuum entre la fiction et le documentaire, collecte des récits, des témoignages, des parcours de vie, des paysages sonores, qu’elle aborde différemment selon le médium qu’elle adopte, radio, théâtre ou écriture. Elle tente de définir un langage propre à chacun de ces média et cherche à la fois leur porosité et les transferts esthétiques qu’ils peuvent subir.

Elle a écrit et réalisé des fictions radiophoniques pour France Culture, Longueur d’Ondes, collaboré avec des metteurs en scène  en tant que dramaturge (Matthieu Bertholet, Gérard Watkins, Julien Fiséra), co-fondé le groupe franco-belge Radio Femmes Fatales qui produit et joue des pièces radiophoniques en live sur scène. En 2018, elle met en scène L’âge du slow avec Thomas Guillaud-Bataille à La Pop. Elle retrouve Emilie Rousset, avec qui elle avait co-écrit Les Spécialistes en 2014, pour Reconstitution : Le procès de Bobigny en 2019, joué au T2G – Théâtre de Gennevilliers, dans le cadre du Festival d’Automne 2019. 

 

 

LANCELOT HAMELIN

Lancelot Hamelin a 18 ans quand le FIS est élu en Algérie, et 23 ans quand les attentats de 1995 touchent Paris. Il décide de travailler sur les blessures de la guerre d’Algérie, qui déterminent à ses yeux la vie sociale française.

Passionné par les rapports entre fiction et réalité, il écrit d’abord par le théâtre, littérature archaïque qui offre la plus grande liberté. Certains projets l’entraînent vers le roman, la série télé, le reportage et la bande dessinée.

Depuis cinq  ans,  iI  travaille  sur  la  vie  onirique,  qui  constitue  un autre biais pour approcher le réel, en résidence au théâtre Nanterre-Amandiers et à la Villa Médicis. Ses pièces sont éditées par Théâtre Ouvert et Quartett. Il a travaillé avec les metteurs en scène M. Bauer, E. Massé, C. Perton, P. Quesne ainsi qu’avec Duncan Evennou pour L’assemblée de rêves / The light house project, en collaboration avec Benoît Verjat et Maya Boquet.

 

 

PAUL RAMAGE

Paul Ramage est violoniste, improvisateur et compositeur. Après une rencontre avec Didier Lockwood (dont il intègrera l’école en 2003), il s’intéresse au jazz et aux musiques improvisées. Parallèlement il poursuit ses études de violon classique au CRR de Cergy-Pontoise et de musique de chambre. Il obtient un D.E.M de jazz et de violon, un D.E.M de composition élèctroacoustique au Conservatoire de Paris, puis un Master de composition électroacoustique à l’INA_GRM. Il a suivi le cursus de composition et d’informatique musicale de l’IRCAM. Compositeur d’une quarantaine  d’opus,  tant  acousmatique  que  mixte  ou  instrumenta,  il  a joué et été joué dans divers pays. Il est lauréat du prix Métamorphose (Musique et recherche) du second prix Russolo (Fondation Russolo-Pratella, Italie) et titulaire du certificat d’aptitude (C.A) de composition électroacoustisque. Il enseigne la création sonore aux conservatoires de Châtenay-Malabry et Bagneux.

 

Le samedi 21 novembre à l’issue de la représentation de 19h30, l’écologue et acousticien Jérôme Sueur témoignera de ses travaux de suivi de la biodiversité par l’acoustique, en dialogue avec l’équipe artistique.

 

Le 5 décembre 2020 : La Briqueterie CDCN du Val de Marne, Vitry-sur-Seine

Le 12 février 2021 : Théâtre de Vanves