ARIANNA

MILAN OTAL, ISMAËL TIFOUCHE NIETO ET VINCENT TROLLET 

 

OPÉRA

 

JEUDI 2, VENDREDI 3 ET SAMEDI 4 DÉCEMBRE À 20H

Hors les murs à la Scène de Recherche – Théâtre de l’ENS Paris-Saclay 

[CRÉATION]

 

Le spectacle s’accompagne d’une exposition conçue par le collectif Pronaos (Milan Otal, Nathalie Guimbretière, Vincent Trollet et Frédéric Baudin). L’exposition sera visible du 15 novembre au 4 décembre au Centre scientifique d’Orsay (SAS>201) et à la Scène de Recherche de l’ENS Paris-Saclay.

 

 

 

En 1608, Monteverdi compose le deuxième opéra de l’histoire, L’Arianna. Quelques années plus tard, ce chef-d’oeuvre disparaît dans un incendie. Seul subsiste un vestige musical, le Lamento d’Arianna, appel déchirant de l’héroïne à Thésée qui vient de l’abandonner sur une île déserte. 

 

Comment retrouver le fil de l’histoire et les événements qui la ponctuent ? Comment témoigner des états que traverse Ariane ? Parvient-elle, sur cette île mythique, à surmonter l’abandon absolu ? 

 

À partir de cette oeuvre énigmatique, l’auteur Milan Otal, le metteur en scène Ismaël Tifouche Nieto, la chorégraphe Joana Schweizer et le compositeur Vincent Trollet déploient une enquête sensible et conçoivent un spectacle musical qui questionne autant le sens de l’acte de création que notre rapport au passé, au vertige, à l’isolement. 

 

Ariane est abandonnée à son triste sort sur son île et son chant côtoie pour la première fois le témoignage de Valentina Terechkova, première femme à s’être rendue dans l’espace et unique femme à avoir été confrontée seule au vide spatial, son vaisseau s’éloignant accidentellement de son orbite. 

 

Au plateau, trois musicien·ne·s, une danseuse et un comédien cherchent à rendre compte de l’expérience limite de ces deux femmes, comme autant de tentatives de faire résonner le vide laissé par cette oeuvre. Le chant d’Ariane se transforme alors en un appel d’amour d’une humanité vulnérable confrontée brutalement à l’infiniment grand. 

 

 

Ouverture dans des conditions sanitaires strictes – port du masque obligatoire, protocole sanitaire d’accueil, nettoyage fréquent des lieux…

 

 

 

Conception, texte Milan Otal 

Mise en scène Ismaël Tifouche Nieto 

Chorégraphie Joana Schweizer 

Composition Vincent Trollet 

Scénographie Gala Ognibene 

Régie générale Nina Herbuté-Lafont 

Création lumières Bartolo Filippone 

Création vidéo David Coignard 

Costumes Cléo Paquette 

Réalisateur en informatique musicale Victor Huguenin 

Régie son Nicolas Mionnet 

Avec Joana Schweizer, chant, danse, Noé Mercier, comédien, Hélène Maréchaux, violon, Charlotte Testu, contrebasse, Omar J. Nicho, guitare 

Collaboration scientifique Frédéric Baudin, astronome à l’Institut d’Astrophysique Spatiale (CNRS / Université Paris-Saclay) 

 

Production La Pop 

Coproductions Opéra de Massy, La scène de recherche de l’ENS Paris-Saclay 

Avec le soutien d’Arcadi Île-de-France, de la Diagonale Paris-Saclay, de l’Université Paris-Saclay, de l’Institut d’Astrophysique Spatiale, du Fonds de création lyrique FLC, de la Scène nationale de Saint-Quentin en Yvelines, de La Folie Numérique et de la vie brève – Théâtre de l’Aquarium 

Remerciements à Nanterre-Amandiers, centre dramatique national 

Arianna a bénéficié de la mise à disposition de studio au CN D Centre national de la danse 

 

MILAN OTAL

Musicien de formation, Milan Otal est écrivain et metteur en scène. Il a écrit des pièces de théâtre (Mommy , 2016 ; Paria Park , 2016 ; Big Tree Park , 2017) et des livres documentaires explorant l’imaginaire du quotidien (Exilés , 2015 ; Allées 11-21, 2018)

Fasciné par la voix au plateau, il a travaillé avec le compositeur Vincent Trollet (Institut
français du Maroc 2015 ; Institut français Hors-les-Murs 2016), le concepteur de festival Faouzi Skali (direction artistique, Fès, Maroc, 2017) ou encore effectué des stages et assistanats auprès des metteurs en scène Jean-François Sivadier (Don Giovanni, Festival d’art Lyrique d’Aix-en-Provence, 2017; Sentinelle, MC93, 2018) et Georges Lavaudant (Falstaff, Fondation Royaumont, 2017).

En 2018, il coréalise avec le réalisateur corse Tom Mattei le documentaire Quintina sur les polyphonies vocales insulaires (Sardaigne et Corse) – Ateliers Médicis/Production Acéphale. Il bénéficie actuellement d’une résidence en écritures de plateau à la Cité internationale des arts de Paris pour la création d’Arianna, fantaisie sur une île déserte.

 

 

ISMAËL TIFOUCHE NIETO

Ismaël Tifouche Nieto se forme comme comédien au cours Florent avant d’intégrer l’ENSATT en 2007. Dans le cadre de cette formation, il joue dans des mises en scène de Jean-Pierre Vincent, Alain Françon, Philippe Delaigue, Claude Buschvald, Guillaume Lévèque, Johanny Bert, Olivier Maurin, etc.

Il travaille aussi avec la Guildhall School of Music and Drama de Londres où il joue dans le spectacle Playing for Time d’Arthur Miller, mis en scène par Christian Burgess et Danny McGrath. En 2009, toujours à l’ENSATT, il fait ses premiers pas de metteur en scène à Lyon avec le spectacle La Colère, inspiré d’un scénario d’Eugène Ionesco. À sa sortie de l’ENSATT en 2010, il rejoint la troupe permanente de la Comédie de Saint-Etienne puis intègre la troupe du Nouveau Théâtre de Montreuil avec laquelle il joue dans plusieurs spectacles dont Le Jeu de l’Île, trilogie de Marivaux mise en scène par Gilberte Tsaï. En 2012, il joue dans le spectacle A l’Ouest, pièce écrite et mise en scène par Nathalie Fillion, au Théâtre du Rond-Point. En 2013, il entre en résidence de création au Théâtre de la Tempête où il travaille sur Woyzeck de Georg Büchner, puis décide de créer sa propre compagnie qu’il nommera La Compagnie s’Entête.

En 2014, pour sa troisième mise en scène, il monte la pièce de Ionesco Jeux de Massacre qui réunira 14 comédiens et 30 figurants. Ce travail lui permettra d’être en finale au concours Jeunes Metteurs en Scène du Théâtre 13.

Le spectacle Woyzeck, sa quatrième mise en scène, est programmée au Théâtre de la Tempête lors de la saison 2015. Le spectacle est joué avec une cinquantaine d’amateurs.

En 2018, il joue dans plusieurs pièces dont Place, écrite et mise en scène par Tamara Al Saadi. Place sera lauréate du prix du jury et du prix des lycéens au Festival Impatience et présentée en tournée dans toute la France, notamment à Avignon pour l’édition 2020 du Festival. En parallèle, il travaille également avec le metteur en scène Jean-François Sivadier au théâtre de l’Aquarium autour de Racine et Claudel.

 

VINCENT TROLLET

Vincent Trollet est né en France à Pau en 1978, a étudié le piano, la composition et l’informatique musicale dans différentes institutions (Haute Ecole de Musique de Genève, IRCAM à Paris, CNSM de Paris). Membre artiste de l’Académie de France à Madrid, la Casa de Velázquez, de 2013 à 2014, il a été sélectionné en 2014 par l’institut Français de Fès au Maroc pour une résidence artistique, puis en 2016, dans le cadre du programme Hors-les-Murs. En 2011, Vincent fonde avec d’autres compositeurs de sa génération un collectif, d’où naitra un ensemble de musique contemporaine, l’Ensemble REGARDS. Son catalogue s’étend de la musique instrumentale et vocale aux formes expérimentales de la musique mixte et électroacoustique.

Sa prochaine création : le spectacle Oblique créé à l’Atelier du Plateau à Paris, en novembre 2017, avec l’Ensemble Regards et la Compagnie Vahram Zaryan. Dans la continuité de son projet Hors-les-Murs, sera créée en 2018 la pièce intitulée Noite oscura pour voix et ensemble sur un texte de Milan Otal, une musique acousmatique in situ « la psalmodie des Profondeurs ».