CONCHA – HISTOIRES D’ÉCOUTE

HORTENSE BELHÔTE & MARCELA SANTANDER CORVALÁN

 

Dans sa dernière création, Quietos, Marcela Santander Corvalán se penche sur l’épineuse question de l’écoute : peut-on créer une danse qui permettrait une écoute active, une danse faite entièrement de cela, de prêter l’oreille ? Croisant les disciplines, la chorégraphe invite l’enseignante en Histoire de l’art et comédienne Hortense Belhôte à poursuivre la réflexion, pour la scène.

 

La concha ou la conque, est un gros coquillage que l‘on trouve sur toutes les plages du monde. Sa cavité, vidée de son occupant sous-marin, devient une caisse de résonnance naturelle qui fait parfois entendre la mer. Sur les cinq continents, la conque est également considérée comme l’un des plus vieux instruments de musique. De la famille des vents, elle décuple le souffle et produit un son sourd, à mi-chemin entre la voix humaine et la vibration aquatique. En Argentine, au Paraguay et au Chili, la concha est aussi un mot d’argot qui désigne le vagin : la « Concha de tu madre» est une insulte ou une exclamation de contrariété comparable à notre « Putain ! ».

 

À la fois émetteur et récepteur, la conque est le fil rouge de cette vaste archéologie sonore qui nous invite à envisager une troisième voix, entre la passive et l’active, curieusement portée par le genre féminin. D’objet prétexte, la concha devient allégorie et symbole magique d’un monde nouveau, volontiers écologiste, futuriste et féministe.

 

Parole, danse, image, musique duperformer et musicien Gérald Kurdian, thérapie et fiction articulent cette conférence performée, qui tente de créer une expérience commune emmenée par la force expressive du corps. Une façon de révéler, aux interstices de ces pratiques, des espaces entre l’action et la passivité, en déconstruisant l’idée même de pratique et de théorie.

 

 

MERCREDI 2, JEUDI 3 & VENDREDI 4 DECEMBRE A 19H30

[CRÉATION]

 

Dispositions sanitaires – ouverture dans des conditions sanitaires strictes : port du masque obligatoire, protocole sanitaire d’accueil, nettoyage fréquent des lieux…

 

 

Conception Hortense Belhôte et Marcela Santander Corvalán

Interprétation Hortense Belhôte, Gerald Kurdian et Marcela Santander Corvalán

Création Sonore Gerald Kurdian

Production, Diffusion, Administration Fabrik Cassiopee – Manon Crochemore & Manon Joly

 

Production Fabrik Cassiopée

Coproduction La Pop

 

MARCELA SANTANDER CORVALÁN

Née au Chili, Marcela Santander Corvalán se forme à la danse-théâtre à la Scuola d’Arte Dramatica Paolo Grassi de Milan, puis à la danse contemporaine au Centre national de danse contemporaine d’Angers, sous la direction d’Emmanuelle Huynh. En parallèle de sa formation, elle étudie l’histoire à l’Université de Trento en Italie et obtient une licence en danse à l’Université Paris-8. En 2016, elle participe à Danceweb programme, dans le cadre du festival Implusltanz à Vienne.

Depuis 2011, elle collabore en tant qu’interprète avec les chorégraphes : Dominique Brun pour Sacre #197 (2012) et Sacre #2 (2014), Faustin Linyekula pour Stronghold (2012), Julie Nioche pour Nos amours (2017), Ana Rita Teodoro pour Plateau (2017), et Volmir Cordeiro pour L’œil, la bouche et le reste (2017). Elle travaille également en collaboration avec le chorégraphe Mickaël Phelippeau pour Chorus (2012), Pour Ethan et Set-Up (2014), Kritt (2016), Footballeuses (2017) et pour la direction artistique de la manifestation À DOMICILE à Guissény en Bretagne.

Elle développe ses propres projets depuis 2014, date à laquelle elle entame une association avec le Quartz, scène nationale de Brest, qui lui offre un terrain d’expérimentation propice à la mise en œuvre de projets personnels. En février 2015, elle co-signe avec le danseur et chorégraphe Volmir Cordeiro la pièce Époque. En mars 2016, elle crée son premier solo Disparue. En juillet 2017, elle propose MASH, cosignée avec la chorégraphe italienne Annamaria Ajmone. Sa dernière pièce Quietos, a été créée en novembre 2019 au Manège, scène nationale de Reims, dans le cadre du festival Born to be alive.

 

 

HORTENSE BELHÔTE

Hortense Belhôte est comédienne pour le théâtre et le cinéma et a enseigné l’art dramatique dans des conservatoires parisiens. Elle a travaillé également sur des spectacles musicaux avec le chef d’orchestre Hacène Larbi (Les Nuits), le chorégraphe Mark Tompkins (Show Time ! a musical), le performer Mathieu Grenier (#NALF l’opéra), et la comédienne Sarah Cohen Hadria (Kissing Nodules). En danse contemporaine, elle est interprète depuis 2017 sur Footballeuses de Mickaël Phelippeau, dont la compagnie accueille désormais ses « conférences performées ».

Titulaire d’un Master 2 en histoire de l’art, elle a longtemps enseigné dans des écoles de design, de marché de l’art et des universités. A la croisée de ses pratiques, elle s’est créée une forme sur mesure, qui mêle savoir universitaire, culture populaire, autobiographie et humour, dans une perspective volontiers féministe, queer et libertaire. Une histoire du football féminin tourne depuis 2019 dans le réseau des scènes subventionnées et dans le cadre d’actions culturelles hors les murs, tandis que L’érotisme dans l’art classique donne actuellement lieu à une adaptation vidéo pour Arte Creative.

 

 

GÉRALD KURDIAN

Gérald Kurdian étudie les arts visuels à l’ENSAPC avant d’intégrer le post-diplôme Ex.e.r.ce 07 sous la direction de Mathilde Monnier et Xavier Le Roy. 

Ses concerts obliques sont depuis lors régulièrement présentés dans les contextes du spectacle vivant, des arts visuels et de la musique indépendante.

Depuis 2017, il développe, HOT BODIES OF THE FUTURE!, un cycle de recherches performatives et musicales sur les micro-politiques queer et les formes alternatives de sexualité.

Vainqueur du prix Paris Jeunes Talents 09, et repéré par le Grand Zebrock et le FAIR 2010, son premier album sous le nom de This is the hello monster! est sélectionné parmi les meilleurs albums de l’année 2010 du quotidien Libération. En 2016, il sort un EP, Icosaèdre, réalisé par le musicien électronique Chapelier Fou. 

Il participe en septembre 2020 au cycle des (Re)lectures de La Pop.