DE NATURA RERUM

CAROLINE BRETON

 

DANSE & MUSIQUE

 

JEUDI 9, VENDREDI 10 ET SAMEDI 11 DÉCEMBRE À 19H30

[CRÉATION]

 

 

 

 

De Natura Rerum est une pièce dansée et sonore qui pose la question de l’impulsion vitale. Qu’est-ce qui nous anime, nous met en mouvement ? Sur un plateau fait d’aquarelles et d’impressions lumineuses mouvantes, quatre interprètes s’échappent progressivement de leur ligne individuelle pour entrer dans la circulation d’un même flux. Se faire vibrant, résonnant, sensible, touchant et chercher à développer un rapport élastique et fluide au vivant.

 

Sur un plateau presque vide, clair-obscur, les interprètes traversent des mondes-climats, comme autant d’expériences pour retisser du lien avec soi et ce qui nous entoure. Comment se sentir conscient de la vie en soi et hors de soi ? Éprouver le besoin de faire communauté, se sentir relié à l’autre, au monde végétal, animal, minéral, appartenir à la même matière, cultiver la poésie de la vie, la tendresse envers le vivant : s’approcher de l’essence des choses. 

 

Le stimulus sonore est central dans cette recherche. Le rapport entre émission, réception, mais aussi ré-émission de stimuli, a un lien fort avec l’invitation, le fait de s’unir. La vie contenue dans ce stimulus vibrant sera pleinement considérée, la voix, le souffle, soit l’onde humaine qui se dégage d’un corps vers un autre corps, pour favoriser l’entrée en dialogue, se rassembler, faire communauté. 

 

De Natura Rerum, « de la nature des choses » ou « des choses de la nature » s’inspire de techniques vocales ancestrales comme le kulning ou le katajjaq pour convoquer les grands espaces vierges et produire une respiration commune. Une ode végétale qui s’invente de nouveaux paradigmes et s’amuse de ses essais. 

 

La pièce s’applique à visiter notre façon d’habiter le monde, elle célèbre le vivant, l’empathie, le sensitif, dialogue avec les affects qui augmentent nos puissances. Elle est une promenade, une persistance, pour réensauvager nos pratiques de plateau. 

 

 

Ouverture dans des conditions sanitaires strictes – port du masque obligatoire, protocole sanitaire d’accueil, nettoyage fréquent des lieux…

 

 

 

Distribution Nathalie Broizat, Jayson Batut, Caroline Breton et Olivier Muller 

Aquarelles Yasmine Blum 

Création sonore Benoist Bouvot 

Scénographie et lumières Charles Chemin

 

Production groupe Karol Karol 

Coproductions La Pop, The Watermill Center International Program – New York 

Action financée par la Région Île-de-France 

Soutiens le Théâtre de Vanves et Danse Dense dans le cadre de la Journée de Repérage Artistique #5, CN D Centre National de la Danse (accueil studio), Atelier de Paris / CDCN, Théâtre du Garde-Chasse – Les Lilas, Les Laboratoires d’Aubervilliers 

 

CAROLINE BRETON

Caroline Breton conçoit des projets chorégraphiques et est interprète pour des pièces de danse, théâtre et au cinéma. 

Au sortir de l’ERACM, elle fonde le collectif Extime avec Jean-Pierre Baro et joue dans leurs créations pendant 6 ans. Elle a notamment travaillé pour Jean-Louis Martinelli dans ses productions à Nanterre-Amandiers, Bérangère Jannelle au Théâtre de la Ville, Yves-Noël Genod et dans des performances de Falk Richter et de Christiane Jatahy à la Biennale de Venise.

Elle travaille comme danseuse pour Marco Berrettini dans My Soul is my Visa aux Rencontres Chorégraphiques de Seine-Saint-Denis et tournée, et reprend iFeel2 au Teatro di Roma et à Marseille Objectif danse. Elle danse avec Christophe Haleb dans CommunExtaseà Actoral & Danse à Uzès, Nadia Beugré sur Legacy au Théâtre de la cité internationale/ Festival d’Automne, et collabore avec Olivier Muller sur HooDie au CCN de Montpellier.

Elle donne une conférence sur le féminisme “Quelle est la différence entre une femme?” notamment à la Gaîté Lyrique et crée des performances d’art contemporain au New Museum à New York, La Laiterie Strasbourg, Les Ateliers Berthier/Odéon et le Centre Pompidou.

En 2018, elle fonde avec Charles Chemin le groupe Karol Karol. Ils conçoivent des pièces entre danse et théâtre, I Hope à la Ménagerie de Verre en 2019 et figures en 2021.

 

JAYSON BATUT

Comédien et danseur, Jayson Batut est né à Bruxelles en 1979. Après avoir suivis la formation Lassaad à Bruxelles de 1998 et 2000, il intègre ensuite la quatrième promotion de comédien de l’école du Théâtre National de Bretagne sous la direction pédagogique de Stanislas Nordey. Il y croisera le travail de plusieurs metteurs en scène et chorégraphes dont : Claude Régis, Bruno Meyssat, Eric Didry, Loïc Touzé, Latifa Laabissi, François Verret, Stanislas Nordey et François Tanguy. En 2005, il suit la formation Essais au C.N.D.C d’Angers. Il participe à Danseweb en 2018. Depuis sa sortie de l’école en 2003, il a travaillé comme interprète avec François Tanguy, Stanislas Nordey, Nathalie Garraud, Manah De Pauw, Latifa Laabissi, Pieter Ampe, Boris Charmatz., Hermann Heizig, Lénio Kakléa et Meg Stuart. En 2013, il suit pendant 2 mois la formation d’acteur cinéma de Susan Batson à New York. Au cinéma il tient le rôle de Miss Mandel dans le remake de «  Suspiria » dirigé par Lucas Guadagnino.

 

OLIVIER MULLER

Après un master en Arts plastiques et un DNSEP aux Beaux-Arts de Marseille, Olivier Muller participe à différentes expositions collectives et présente son travail à la H.E.A.D de Genève. Il décide alors de consacrer sa pratique à la danse et au mouvement. Il commence à travailler avec la compagnie LA ZOUZE de Christophe Haleb comme interprète sur différents projet in-situ et au plateau : Evelyne house of shame (2009), Atlas but not list (2012-2013), Fama (2013),Communextase (2015) et un solo jeune public Retour sur Terre (2016). Il travaille ensuite avec Christophe Honoré et Yves-Noël Genod et découvre le travail d’assistant autour de la création URGE de David Wampach. Il est diplômé du Master exerce – 2015-2017 à ICI-CCN de Montpellier, au cours duquel il a collaboré avec Jennifer Lacey, DD Dorvilliers, Volmir Cordeiro, Miguel Gutierrez, Myriam Van Imschoot, Vincent Dupont, Laurent Pichaud, Marlène Monteiro Freitas. En 2018, il crée son premier solo HooDie à la Maison CDCN et danse actuellement avec la chorégraphe Mette Ingvartsen dans TO COME(extended).

 

NATHALIE BROIZAT

Nathalie Broizat est actuellement interprète pour Marco Berrettini (iFeel3, My Soul is my Visa), Anna Gaïotti (Toutes ces filles couronnées de langues, film dirigé par les artistes plasticiennes Laura Sellies et Amélie Giacomini, A Kiss Without Lips) et prochainement pour Anne Rebeschini (Absence). Elle dirige également la Compagnie Love Labo établie à Paris. En 2000, elle reçoit la bourse universitaire Fulbright pour étudier la chorégraphie à lInstitut Laban/Bartenieff de New York. Elle présente ses premières pièces dans des lieux mythiques tels que la Judson, Danspaceproject, la Dixon Place et le Wax à New York. A New York elle travaille pour la chorégraphe Mariangela Lopez. Puis, elle part vivre à Los Angeles pour travailler pendant plus de 6 ans avec Rachel Rosenthal, pionnière dans lart de la performance aux Etats-Unis. Elle joue dans des lieux tels que le Getty Center, le Moca (Museum of Contemporary Art), Redcat à Los Angeles et le Single File Festival de Chicago.