POP CONF’ 2021

 

 

Les Pop Conf’ sont des rendez-vous qui réunissent artistes et chercheur·se·s autour d’une question a priori banale, qui concerne tout le monde, mais dont la réponse est loin d’être évidente. Durant un peu plus d’une heure, les intervenant·e·s explorent une thématique en lien avec l’enjeu de La Pop : interroger les relations que les individu·e·s, les groupes ou la société entretiennent avec les sons et la musique. Animés par le musicien, journaliste et auteur Antoine Pecqueur, ces rendez-vous ne traitent jamais de sujets réservés aux spécialistes, mais de questions par essence pluridisciplinaires qui nous concernent toutes et tous. Espaces de rencontres et de recherches, les Pop Conf’ réunissent des regards complémentaires et permettent aux idées de naître, circuler et de résonner !

 

 

 

 

LA MUSIQUE, INSTRUMENT DE GÉOPOLITIQUE ?

 

Le lundi 1er mars à 19h en retransmission en direct sur notre page Facebook

 

 

 

« La politique peut être renforcée par la musique, mais la musique a une puissance qui défie la politique. » Nelson Mandela

 

Pour ouvrir cette nouvelle édition des Pop Conf’, La Pop vous propose de s’intéresser au pouvoir politique de la musique.

 

La musique est puissante car c’est un langage sensible, potentiellement sans limite ni frontière. Nous connaissons, par exemple, la puissance fédératrice des hymnes qui galvanisent, emportent et orientent les foules, pour le meilleur et pour le pire. `

 

Mais comment la musique est-elle utilisée à des fins politiques ? Quelle est son influence dans l’appréhension de certains conflits passés, contemporains ou à venir ? Et dans quelle mesure, la musique peut-elle, parfois, défier la politique ?

 

Ce sont ces questions qu’exploreront Anaïs Fléchet, historienne, maître de conférences à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, directrice adjointe du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines et membre de l’Institut Universitaire de France, spécialisée dans l’étude de l’histoire social et politique de la musique ;

Blick Bassy, chanteur, auteur-compositeur, producteur, guitariste et percussionniste camerounais, lauréat du Grand Prix SACEM des Musiques du Monde en 2019 ;

et Sébastien Lagrave, agrégé de philosophie et directeur du Festival de création musicale Africolor, à l’écoute des mutations de toutes les « Afriques du monde » (Caraïbes, Océan Indien, Brésil etc.)

 

Cet échange sera animé par Antoine Pecqueur, directeur de la rédaction de La Lettre du Musicien, spécialisé en politique et en économie de la culture, et collaborateur régulier de Mediapart, RFI et France Musique, où il tient « Le billet éco ».

 

 

 

LA MUSIQUE, LE SON, CIMENTS DE LA COMMUNAUTÉ  ?

 

Le lundi 22 mars à 19h en retransmission en direct sur notre page Facebook

 

 

 

À la maison, dans les transports, au cœur de l’espace public, dans les commerces ou dans nos écouteurs, la musique et les sons nous enveloppent, ils sont partout autour de nous. Qu’ils soient soufflés au creux de notre oreille ou qu’ils se dissipent dans le brouhaha du monde, ils sont omniprésents dans notre quotidien. Ce phénomène de permanence sonore a été décuplé ces dernières décennies avec la diversification des supports de l’écoute et l’augmentation du volume sonore généré notamment par l’accélération des temps sociaux.

 

Mais de quelle façon est-on influencé par notre environnement sonore ? Comment se constituent des identités culturelles propres, grâce aux sons et à la musique ? Appartenons-nous toutes et tous, parfois même sans en être réellement conscient·e·s à des « communautés sonores » ?

 

Ce sont ces questions qu’exploreront Christine Guillebaud, chargée de recherche au CNRS, co-directrice du CREM – Centre de Recherche en Ethnomusicologie, responsable du collectif MILSON,

et Guilhem Lacroux, multi-instrumentiste, compositeur et membre fondateur du collectif de musicien.ne.s La Nòvia.

 

Cet échange sera animé par Antoine Pecqueur, directeur de la rédaction de La Lettre du Musicien, spécialisé en politique et en économie de la culture, et collaborateur régulier de Mediapart, RFI et France Musique, où il tient « Le billet éco ».

 

 

 

MONTER LE SON, PLAISIR OU SUPPLICE ?

 

Le lundi 12 avril à 19h en retransmission en direct sur notre page Facebook

 

 

 

Après avoir exploré les liens entre musique et géopolitique et interrogé la construction de communautés par les sons, cette troisième Pop Conf’sera l’occasion de s’intéresser à la question du volume sonore, et plus particulièrement son rôle sur notre perception sensorielle et notre système auditif.

 

Lors du premier confinement, nous avons profité d’une baisse générale du niveau sonore, notamment dans les centres urbains où des sons, jusque-là ignorés, parce qu’inaudibles, ont pu être de nouveau perçus, pour notre plus grand bonheur !

 

Aujourd’hui, alors que les lieux culturels restent désespérément fermés au public, nous sommes nombreux·e·s à rêver au plaisir éprouvé lorsque la musique est jouée live, lorsque ses vibrations traversent nos corps avec intensité.

 

Dans la vie courante, les sons deviennent pénibles lorsque leur niveau dépasse les 75 décibels, ils sont nocifs pour l’oreille à partir de 85 dB et deviennent destructeurs autour de 110 dB. Comment ces données sont-elles perçues, physiquement, par chacun·e d’entre nous ? Quels sont les mécanismes neurologiques à l’origine de notre perception sensorielle des sons ? Est-ce que l’intensité d’un son est forcément liée à son volume sonore ? Quid du plaisir ou de la souffrance perçue ? Pourquoi les plus jeunes d’entre nous aiment-ils écouter fort la musique ?

 

C’est autour de ces thématiques qu’échangeront nos invité·e·s, la chanteuse et compositrice Annabelle Playe et le neurobiologiste Brice Bathellier.

 

Cet échange sera animé par Antoine Pecqueur, directeur de la rédaction de La Lettre du Musicien, spécialisé en politique et en économie de la culture, et collaborateur régulier de Mediapart, RFI et France Musique, où il tient « Le billet éco ».

 

 

 

À CHAQUE ÂGE SON GENRE DE MUSIQUE  ?

 

Le lundi 26 avril à 19h en retransmission en direct sur notre page Facebook

 

Avec  Sophian Fanen, journaliste, cofondateur du média Les Jours et auteur de Boulevard du stream, Raphaël Berger, directeur des Études et de l’Offre légale d’Hadopi, spécialiste des médias, pratiques culturelles dématérialisées et des nouvelles technologies, Clothilde Chalot, présidente & cofondatrice de NoMadMusic et de l’application NomadPlay, et Yannick Fage, Responsable éditorial pour l’international – Offre éditoriale Classique & Jazz chez Deezer.

 

Des berceuses au concerto de musique classique, du gangstarap à la pop, de l’électro aux musiques expérimentales en passant par le jazz : y-a-t-il une trajectoire de l’évolution de nos goûts musicaux en fonction des périodes de notre vie et de notre âge ? Ce parcours parmi toutes ces musiques est-il également déterminé par notre milieu social, notre zone géographique, notre genre ? Nos goûts musicaux ont-t-ils tendance à se figer avec l’âge, comme si nous réexplorerions sans cesse les musiques qui ont nourri notre adolescence ? Ce sont ces thématiques que les invité·e·s de cette quatrième Pop Conf’ traverseront, en nous faisant partager leurs expériences et leurs réflexions.

 

Un échange animé par Antoine Pecqueur, directeur de la rédaction de La Lettre du Musicien, spécialisé en politique et en économie de la culture, et collaborateur régulier de Mediapart, RFI et France Musique, où il tient « Le billet éco ».

 

 

 

À CHAQUE PARTIE DU CORPS SON SON ?

 

Le lundi 31 mai à 19h30, et en retransmission en direct sur notre page Facebook

Avec l’artiste, ingénieur et musicien Kerwin Rolland et un.e chercheur.se.

 

 

 

 

TARIFS POP CONF'

5 € tarif plein
Gratuit sur réservation adhérent.e.s carte La Pop, demandeur.euse.s d’emploi, étudiant.e.s et moins de 26 ans

MENTIONS

 

Production La Pop

Avec le soutien de Sacem Université, d’Audiens Prévoyance et de La Lettre du musicien