L’AFFAIRE LA PÉROUSE

PAR ANNE-JAMES CHATON ET MANUEL COURSIN

 

Le poète Anne-James Chaton et l’artiste bruiteur Manuel Coursin revisitent l’expédition du navigateur Jean-François de La Pérouse. Munis d’enregistreurs, de micros, de capteurs, ils reprennent à zéro l’enquête sur la disparition des navires L’Astrolabe et La Boussole et explorent des pistes textuelles, sonores et musicales inédites.

 

Si l’écriture poétique et sonore d’Anne-james Chaton s’est développée en collaboration avec de grandes pointures du rock comme Andy Moor, guitariste anglais de The Ex, ou encore Thurston Moore, guitariste et chanteur du groupe américain sonic Youth, c’est, pour cette création, vers l’univers maritime qu’il se tourne.

 

Manipulant des enregistreurs et des micros, ou bien des matériaux bruts comme des boulons, du riz ou des morceaux de bois, le poète sonore et le bruitiste Manuel Coursin font parler archives et documents historiques accumulés pendant deux siècles en les confrontant aux grandes œuvres de la littérature d’aventures, de Robinson Crusoé à L’Île au trésor.

 

Depuis 1788, navigateurs, scientifiques et historiens s’interrogent sur les causes de la disparition de L’Astrolabe et La Boussole, les navires de l’expédition dirigée par le Comte de La Pérouse. Partis en 1785 de Brest pour un voyage d’exploration autour du monde, les vaisseaux ont sombré dans le Pacifique sud. Qu’est-ce qui a pu conduire plus de deux cents hommes au naufrage ? Un accident, une rencontre inopportune, l’attaque d’un monstre marin ? Ou plus simplement une mutinerie ? Les deux explorateurs du son et du verbe reprennent l’enquête parmi les embruns et les bourrasques. L’a ffaire La pérousetraverse une multitude d’hypothèses, chacune se matérialisant par la rencontre d’un genre littéraire avec une texture sonore.

 

23 & 24 NOVEMBRE 2018 À 19H30, 25 NOVEMBRE À 16h30
[CRÉATION]

Durée : 1h15 environ 

 

 

 

De et avec  Anne-James Chaton (voix et musique)Manuel Coursin (son)

Dramaturgie et regard extérieur Éric Didry

Régie générale et plateau Lucien Prunenec

Costumes Robin Chemin

 

Production Lebeau & associés 

Coproduction La Pop, Nouveau théâtre de Montreuil – CDN 

Avec le soutien du Gmea, centre national de création musicale d’albi et de FaR West, résidence d’artistes dédiée aux écritures contemporaines et à l’art du son. 

Coréalisation Nouveau théâtre de Montreuil – CDN, dans le cadre du Festival mesure pour mesure

 

Anne-James Chaton 

 

Anne-James Chaton a publié plusieurs recueils aux éditions Al Dante et a rejoint le label allemand Raster-Noton en 2011 avec Événements 09 puis Décade, publié en 2012. En 2016, il publie Elle regarde passer les gens aux éditions Gallimard et reçoit le prix Charles Vidrac de la Société des Gens de Lettres. Son écriture poétique s’est développée en collaboration avec d’autres artistes de scènes différentes, du rock à la musique électronique, du théâtre à la danse. Il a travaillé avec le groupe hollandais The Ex et a publié deux albums, Le Journaliste (2008) et Transfer(2013), avec le guitariste anglais de The Ex, Andy Moor. Il a collaboré aux albums Unitxt (2008) et Univrs (2011) de l’artiste allemand Carsten Nicolaï alias Alva Noto. En 2008, il a créé la pièce Napoli, Napoli avec le metteur en scène Benoît Bradel. En janvier 2009, il crée le trio Décade, avec Andy Moor et Alva Noto. Il a également créé les pièces Black Monodie, avec Philippe Menard, pour Les Sujets à Vif de la 64e édition du festival d’Avignon, et Le cas Gage, ou les aventures de Phinéas en Amérique avec le chorégraphe Sylvain Prunenec, pièce créée à l’occasion de l’édition 2013 du festival Uzès Danse. En 2015 il crée la pièce HERETICS avec Andy Moor et Thurston Moore, guitariste et chanteur du groupe américain Sonic Youth, l’album du projet est sorti sur le label hollandais Unsounds en 2016 année où il créé la pièce ICÔNES, un quartet composé avec la performeuse Phia Ménard, le chorégraphe François Chaignaud et le chanteur Nosfell d’après son premier roman paru aux éditions verticales en janvier 2016 sous le titre Elle regarde passer les gens.

En 2018, il retrouve Carsten Nicolaï pour la création d’ALPHABET présenté en clôture du festival NEMO et engage parallèlement en solo une nouvelle création numérique intitulée SOME SONGS. Enfin, TOUT CE QUE JE SAISalbum en duo avec Andy Moor sur le label Unsounds paraît également en 2018.

Ses travaux plastiques, puisés dans ses matériaux d’écritures, ont fait l’objet de nombreuses expositions individuelles et collectives en France (Galerie Porte Avion de Marseille ; Galerie RDV, Nantes ; Musée d’art moderne de la Ville de Saint Etienne ; centre d’art contemporain La Kunsthalle à Mulhouse) et à l’étranger (Pavillon Unicredit à Bucarest, Roumanie Centre dArt la Panera à Lleida, Espagne ; Ex Magazzini di San Cassian, Collateral events 55eme Biennale de Venise, Italie). Il donne de nombreuses lectures en France et à l’étranger.

 

 

Manuel Coursin 

 

Manuel Coursin est dramaturge sonore, régisseur et musicien. Depuis 1985, il accompagne des projets de danse contemporaine, de théâtre et autres formats éphémères et sonores comme radios, disques et installations. Admirateur entre autres de John Cage, Luc Ferrari ou Dominique Petitgand. Durablement marqué par ses collaborations avec Grand Magasin et Marco Berretini. Il collabore aujourd’hui avec Arnaud Saury , Latifa Laâbissi, Nicolas Bouchaud / Eric Didry , Yves Igor, Thierry Collet et Fanny de Chaillé.

Il produit depuis une dizaine d’années une série de pièces « bruiteuses » intitulées Le son des choses dont le dernier épisode (n°8) se nomme 4 KM/H. Il a été réalisé avec Theo Kooijman, Chiara Gallerani et Eric Didry.

 

 

Éric Didry

 

Eric Didry, est dramaturge et metteur en scène. Il se forme auprès de Claude Régy et devient créateur de ses propres spectacles à partir de 1993. Il cherche à élargir le champ théâtral et signe : Boltanski/Interview d’après « Le bon plaisir de Christian Boltanski par Jean Daive », Récits/Reconstitutions, spectacle de récits improvisés (1998), Non ora, non qui d’Erri de Luca (2002), Compositions, nouveau spectacle de récits improvisés (2009). Il met en scène les projets de Nicolas Bouchaud dont La loi du marcheur  (2010), Un métier idéal (2013), Le méridien (2015) et Maîtres Anciens (2017). En 2012, il crée Qui vive spectacle conçu avec le magicien Thierry Collet qu’il retrouve en 2017 pour Dans la peau d’un magicien. La pédagogie tient une place importante dans son travail. Il anime régulièrement en France et à l’étranger des ateliers de récits avec des acteurs et des danseurs.